*Gossip girl*

Le forum Francophone sur la série et les livres Gossip girl
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire de famille .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
orishas
Gossip girl
Gossip girl


Nombre de messages : 1088
Date d'inscription : 04/01/2011


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Chuck & Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Mar 8 Mai - 0:26


Moi aussi j'adore cette nouvelle histoire entre ces deux là !

Et tellement pressée de lire la suite comme d'habitude !

Continue comme ça c'est vraiment géniale et je trouve que tous les personnages sont intéressants car ils ont tous leur propre personnalité et histoire personnelle !

TROP BIEN Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
weljoa
Très fan de G.G
Très fan de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 129
Age : 31
Séries preferées : : Séries préferées : GOSSIP GIRL VAMPIRE DIARIES RINGER HIMYM OTH COUGAR TOWN

Date d'inscription : 16/02/2012


Infos +++
Prénom: Valentine
couple favoris : Chuck et Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Mer 9 Mai - 1:21

Ah ah ah, les Bass et les Waldorf se melangent j'aime cette idée. Comment vont ils pouvoir gérer tout ça? Super chapitre comme toujours Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
L0làà
Dan Humphrey
Dan Humphrey
avatar

Féminin
Nombre de messages : 730
Age : 23
Localisation : Les Hamptons

Séries preferées : : Séries préferées :
Gossip Girl/Grey's anatomy/Skins/Weeds/Smallville/Pretty Little Liars/


Date d'inscription : 21/05/2011


Infos +++
Prénom: Lola
couple favoris : Chuck et Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Mar 3 Juil - 12:56

Coucou les filles !!! Ce message va en surprendre plus d'une je me doute ... Excusé moi de n'avoir rien posté pendant 2 longs mois . Avec le bac c'était juste même pas possible pour moi. J'ai eu du mal à me remettre dedans alors je suppose que vous allez avoir du mal aussi MDR ce que je comprendrais totalement bien entendu !
Sur ce bonne lecture en espérant que vous apprécierez toujours. Smile

CÔTE WALDORF / BASS:



Harold : Alors les enfants. Vous n’êtes pas des plus causants ce midi. Pour une fois que je fais l’effort de rentrer.
Le repas était en effet bien calme alors qu’il réunissait tout de monde Blair, Ben et leurs parents.
Blair : Tu aurais du t’épargner cette peine papa. Cracha-t-elle.
Eleanor : Blair !
Harold : Ce n’est pas grave Eleanor. Alors Ben, Jonathan me disait justement avant que tu arrives que vous êtes encore invaincu pour le moment. On est déjà bien avancé dans la saison. Félicitation. Et puis ça ne peut que gonfler ton dossier d’être capitaine d’une équipe aussi importante de lacrosse. St James est le premier lycée de Manhattan je me trompe ?
Blair : St Jude est devant cette année.
Ben : Pas au lacrosse, ni au Football Américain.
Ben était capitaine de l’équipe de lacrosse et le quater back de l’équipe de Football depuis qu’il avait l’âge de jouer à de tels jeux. Un véritable adversaire, redoutable, une envie de gagner à toute épreuve il égalait presque Blair sur ce terrain la, la compétition ! Il fallait être le meilleur sinon ça ne servait à rien de jouer.
Blair : En taux de réussite au SAT. Tout le monde ne réfléchie pas avec ses jambes.
Elle replongea son nez dans son assiette laissant ses parents, son oncle, sa tante et son cousin bouche bée. Pourquoi était-elle soudainement si agressive envers les siens ?
Ben : Ce n’est pas Serena Van Der Woodsen qui va remonter les résultats en tout cas.
S’amusa le grand baraqué. Blair ne releva pas la remarque. Après tout, elle avait plus qu’une dent contre Serena, mais de là à dire qu’elle n’aurait pas le SAT. Son taux de réussite ne serait pas aussi élevé que le sien. Blair visait plus que 90%. Elle savait que Serena visait les 60%. Et elle y arriverait Blair en était sûre après tout elle était loin d’être bête, juste fofolle, victime de son âge de son insouciance et de sa position sociale.
Eleanor : La fille de Liliane ? Telle mère telle fille. Une vraie traînée je suppose. Eclata de rire son immonde mère.
Cette fois Blair releva la remarque. Elle bouillait de l’intérieur. Comment sa mère pouvait-elle juger Serena alors qu’elle ne la connaissait même pas ???!
Carole : Tu te rappelles Eleanor tous les coups que l’on a pu monter contre cette Liliane ?!
Eleanor : Bien sûre que je me souviens. On s’est vraiment amusé. La fois où tu lui avais mis de la mousse à raser dans les manches de sa veste Gucci au vestiaire…
Les deux mégères éclatèrent de rire à l’unisson.
Carole : Je crois que sa tête à ce moment restera l’un de mes plus beau souvenir ! Elle n’osait même plus la retirer, elle devait en avoir plein les bras.
Eleanor : Dommage sa veste était vraiment belle… Pour une fois il n’y avait pas de faute de goût !
Jonathan : De notre côté nous n’étions pas beaucoup plus agréable avec Bart ! Et Loyd Sparks ! Olala on les a vraiment pris un malin plaisir à les torturer ces deux là. Le nombre de fois où nous avons ruiné leur petite fête minable !
Harold : En même temps Bass le mérité amplement. Il paraîtrait que son fils ne valle pas mieux voir moins un alcoolique drogué complètement paumé dans la vie qui détruit sa propre famille ! La peste incarné ! Il mènera probablement lui même le camp Bass à sa perte. Un virus a lui tout seul.
Blair repoussa son assiette de toutes ses forces si bien qu’elle l’envoya voler sur la table en renversant la bouteille d’eau. Elle se leva de table et quitta la pièce une nouvelle fois sous le regard bouche bée de sa famille.


Serena avançait dans les rues de Manhattan avec son amie. Non sa dealeuse enfin son amie Dealeuse Georgina. Les filles se rendaient ensemble à la dernière répétition. Le Bal avait lieux le lendemain et la pression commençait doucement à envahir tous les jeunes de l’Upper East Side car demain , il devrait faire semblant d’être bien élevé, gentil, de s’aimer et surtout ne faire aucun faux pas sur ses foutus danses pourris.
Serena : Dis G. Il faudrait que tu me fournisses en …
Georgina : Désolé S je ralentie le business. Coupa-t-elle nette avant de laisser finir la blonde.
Serena la dévisagea choquée. Elle était née avec un joint à la main des pilules dans la bouche et de la coke dans le nez. Comment pouvait-elle ralentir ?!
Serena : J’ai loupé un épisode ? Il y a deux jours on triait des sachées d’extasie je te RAPPELLE !!!
Georgina n’était déjà plus avec Serena enfin si, son corps la suivait mais son esprit voyagé loin il était reparti sur les évènements de la matinée. Ses yeux rouges et cernées par la drogues lui donné un air de jeune fille fatiguée par la vie, son sourire constant sur ses lèvres faisait contraste au reste de son visage elle était heureuse de vivre, drogué ou pas, riche ou pauvre, bête ou intelligente. C’était peut-être une force … C’était sa principale force. Elle s’aimait comme elle était.
Serena : Allo Planète Serena appelle étoile filante Georgina. Ria la jeune femme.
Georgina se retourna vers la blonde avec un air choqué qui n’appartenait qu’à elle.
Georgina : QUOI ? ! Pourquoi tu es une planète et moi seulement une petite étoile filante ! Attends je suis pas d’accord. Moi je suis le soleil et toi … Tu es une pauvre météorique qui s’écrase sur la terre et tue plein de gens.
Serena la dévisagea elle partait tellement loin des fois… Bon d’accord tout le temps.
Serena : N’importe quoi ! dit-elle en poussant gentiment son amie par l’épaule.
Les filles marchèrent encore en silence durant quelque instant. La neige tombait maintenant sur New York depuis une heure, les trottoirs devenaient glissants, les camions de sel commençaient leur travail avec acharnement pour éviter que les taxis jaunes ne se rentrent dedans. Serena jeta un rapide coup d’oeil à Georgina visiblement repartie dans une autre galaxie.
Serena : Bon tu vas me raconter ce qui s’est passé ce matin ou hier pour que tu sois autant à l’ouest et que tu refuses de me fournir ? scanda la jeune fille.
Georgina : Je n’ai JAMAIS compris pourquoi on disait à l’ouest et pas à l’est dans cette expression. C’est vrai pourquoi le fais que l’on paraisse absent ou distrait justifierais que l’on soit à l’ouest et non à l’est ???
Serena : Ok tu es flippante je le savais… mais là !
Elles éclatèrent de rire en même temps apportant un peu de chaleur au climat polaire qui régnait sur l’Upper East Side.
Georgina : Ok. J’étais en service ce matin. Et un de mes clients a pété un plomb il ne voulait pas me payer, je devais encore lui faire crédit. Bref j’ai refusé sauf que c’était un mec drogué en manque et que j’étais encore moi, c’est à dire une fille de 1m70 en talons haut et des bras de la taille de ceux de mickey. Autant dire qu’il avait l’avantage.
Serena : Tu n’as plus rien ? Il t’a tout pris ? Décréta-t-elle choquée car une Georgina en manque était plus grave qu’une nouvelle guerre mondiale.
Georgina : Il allait tout me prendre mais j’ai eu un coup de pouce de Waldorf. Souria-t-elle.
Serena : BLAIR ??? !!!
Georgina : N’importe quoi. Benvolio le cousin. Il a cassé la main de mon client et ce n’est pas du tout un euphémisme. J’ai entendu les os craquer c’était dégueulasse. Dit-elle un petit rictus d’amusement sur ses lèvres couvertes de rouge à lèvre.
Serena : Oh c’est sympa.
Georgina : Je lui ai roulé une pelle pour le remercier.
Serena voulu se retourner pour dévisager Georgina, mais le mouvement brusque et accéléré de ses talons Louboutins sur la neige lui offrir un allé simple pour le béton fraîchement couvert de poudre blanche. La brune aux yeux bleus éclata de rire sans ménagement en admirant Serena les fesses dans la neige.
Serena : Arrête de RIRE et relève moi. Lui ordonna-t-elle vexée.
Georgina sortie son téléphone portable et voulu prendre une photo de son amie mais elle se releva illico en comprenant où Georgie voulait en venir.
Serena : GARCE. Et tu peux m’expliquer ce que ta langue faisait dans la bouche d’un Waldorf de Benvolio qui plus est.
Georgina : Il a les lèvres douces. Et il embrasse pas mal. Déclara-t-elle rêveuse.
Serena : BEURK ! C’est un Waldorf !
Georgina : Tu es mal placé pour me faire la morale. Tu couches avec Nate Archibald.
Serena : C’est arrivé une seule fois ! explosa-t-elle.
Georgina mis son index sur sa bouche pour faire taire Serena en arrivant devant le bâtiment qui était censé les accueillir pour le bal des débutantes du lendemain. La répétition finale devait se dérouler ici. Mais un mot trônait derrière la vitre et il était signé par la main de la coach. Tous les adolescents qui participaient été plantés devant la porte. C’est Mike qui se décida à lire le mot pour les personnes qui attendaient dans le froid.
Mike : « Mes petits protégés, je suis certaine que jusqu’au bout je vous surprendrais. Vous n’êtes plus à ça prêt. Mais je peux vous assurer que vous êtes prêt. J’ai toute confiance en vous. Demain vous ferez la joie et le bonheur de beaucoup de monde à commencer par vos parents et moi mais également la votre. Profitez, détendez vous, amusez vous ne vous couchez pas trop tard. Et ne répétez pas cette après midi. Les répétitions de dernière minute, c’est comme les révisions de dernière minute. Rien de pire pour paniquer et ne pas se sentir prêt hors vous l’êtes. A demain les enfants.
PS : Le/ La/Les petit(e) (s) rigolos qui prendraient un malin plaisir à détruire cette événement uniquement pour des soucis éthnics , racials, religieux ou de CLAN , le regrettera amèrement méditez à cela. »
Mike Blavatnik le blond se tourna un sourire rayonnant sur le visage et il sauta au coup de son fidèle acolyte non plus intelligent que lui, Porter. Ils firent des petits bon joyeux car il avait finalement leur après midi qui leur appartenait, ils allaient pouvoir jouer au basket, se droguer dormir ou dans le cas de certain et certaine méditer. Benvolio était adossé au mur avec Carter, il avait entendu la nouvelle. Pour lui pas question de traîner avec Nate, et Blair ne s’était même pas rendu au rendez vous de la dernière répétition. Ça ne lui ressemblait pas du tout d’ailleurs. Même si ce midi elle avait eu un comportement plus qu’étrange.
Carter : Il y a un match avec les Mavericks à la télé cette aprèm. Leur nouveau quater back est vraiment top.
Ben : Tu aurais pas vu ma cousine par hasard ? demanda-t-il inquiet
Carter : A moins qu’elle soit le nouveau quater back des mavericks non.
Le grand costaud leva les yeux au ciel. Quelque fois il se demandait si ses proches enfin ses amis proches avaient un cerveau, comme si lors de leur conception il y avait une check List où l’on pouvait cocher un maximum de 4 cases : Beauté, classe, prétention, mépris. Les autres cases où régnait l’intelligence, la fidélité, l’amitié, l’amour … C’était banni de l’Upper East Side, réservé aux classes moyennes ou pauvres. Les plus chanceux d’entre eux comme Bass par exemple ou son oncle, Harold Waldorf avait le droit à une 5ème case : à l’intelligence. Mais associé aux 4 autres cases ça devenait une arme redoutable plus qu’un don.
Ben : Carter. C’est sérieux. Elle n’est pas là.
Carter : C’est con. On va être obligé de mater Serena Van Der Woodsen. Ria le garçon.
S’en était trop, déjà énervé par une poussée furieuse de testostérone, Ben attrapa Carter par ses vêtements et le plaqua contre le mur afin de le soulever dans les airs. Carter ne toucha bientôt plus du tout le sol. Il battait des jambes dans le vide paniqué par le visage assombri de Ben rivé sur le sien. Tous les jeunes encore présent au point de rendez vous se sont retournés vers le soudain excès de violence qui dirigeait maintenant un coin calme quelques secondes plus tôt.
Edouard : On se détend. Repose ton pote Benvolio. Dit-il en sortant de la foule et en se rapprochant des deux hommes.
Ben : ne Te mêle pas ça Bowlen. Tire toi.
Edward : Ok je me tire si tu veux, mais repose Beizen par terre.
Edward était très sérieux, il avait toujours était plus ou moins pacifiste et Benvolio pouvait tuer un homme à main nu, vu qu’il avait la capacité émotionnel d’une petite fleure à l’opposé de Chuck qui avait la capacité émotionnelle d’une pierre, Benvolio avait souvent du mal à se contrôler et ça devenait dangereux pour son entourage. Il reposa Carter par terre et souffla un grand coup. Tout le monde le fixait avec anxiété comme s’il était un animal de foire enragé. Il poussa violemment Edward qui était en face de lui. Et quitta le groupe de jeune bien silencieux maintenant mais qui ne le lâchait pas des yeux. Il se retourna une ultime fois.
Ben : Le spectacle est terminé. Explosa-t-il.
Il marcha vers chez lui d’un pas rapide se refusant de penser à Blair ou à Nate. Il en avait marre de toujours devoir se préoccuper de chose qui ne le regardait absolument pas ! Il entra dans son appartement salua sa bonne et grimpa dans sa chambre en grimpa les marches de son immense penthouse. Il alluma sa musique d’un coup de télécommande et sauta sur son lit en enfonçant sa tête dans son oreiller comme le faisait si bien Blair. Il aurait donné cher pour être avec elle en ce moment, pour lui parler parce qu’elle l’aurait compris. Sans qu’il puisse le remarquer, la porte de sa chambre s’ouvrit. Il sortit sa tête déjà profondément enfouie de son oreiller et se décrocha la mâchoire de surprise en apercevant une petite brune au yeux bleue devant son lit tout sourire.
Ben : Mais qu’est ce que tu fous ici ! J’hallucine ou quoi ?
Elle fit un sourire en coin en enlevant son manteau. Ben ne pouvait pas détacher son regard de la jeune fille. Elle lui accorda un clin d’oeil. Elle dégrafa les attaches de sa robe qui tomba à ses pieds sans retenue. Elle était maintenant en sous vêtement face à lui. Il déposa une main de gène devant ses yeux.
Ben : Rhabille toi. S’il te plait. Murmura-t-il.
Georgina : On a toute l’après midi Ben. Et on doit s’amuser c’est un ordre ne l’oublie pas.
Ben : Pas comme ça. On peut manger une glace si tu veux. Tenta-t-il le plus sérieux du monde.
Trop tard, la jeune femme à demi nu jouait également de la musique qui résonnait dans la pièce. Ben s’allongea sur son lit pour s’empêcher d’admirer le spectacle qu’il avait sous les yeux. La jeune fille grimpa sur le lit avec grâce et se posta derrière lui tout en se penchant pour ne se retrouver qu’à quelques centimètres de sa tête. Il pue sentir ses cheveux bruns caresser son torse musclé. Il frissonna en sentant qu’il perdait tout contrôle sur lui même. Georgina déposa ses lèvres sur les siennes.
Ben : Tu es le diable. Souffla-t-il.
Georgina : Pour toi je peux être n’importe quoi.
Il rendit les armes en attrapant la nuque de la demoiselle et en la collant contre son corps en ébullition.
Revenir en haut Aller en bas
saev
Confident(e) de G.G
Confident(e) de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Age : 19
Localisation : Upper East Side avec Chuck <3

Séries preferées : : Gossip Girl, Grey's Anatomy, NCIS, One Tree Hill, Glee, Once Upon A Time...

Date d'inscription : 20/01/2012


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Blair/Chuck
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Mar 3 Juil - 13:14

!!!!!!!!!!!

Je suis trop contente que tu ai mis la suite !! (au cas où tu n'aurai pas remarquer^^)
J'adore toujours autant ! Georgina me fait trop rire ! Et cette fin ! Géniale ! J'ai hâte de savoir ce que les autres vont faire de leur après-midi.

Vivement la suite !!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
orishas
Gossip girl
Gossip girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1088
Age : 24
Séries preferées : : Séries préferées :

Gossip Girl
How I met your mother
Shameless
Scrubs

Date d'inscription : 04/01/2011


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Chuck & Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Mar 3 Juil - 14:22


LA SUIIIITEEE Very Happy

Alléluia ! Trop contente que cette fiction soit reprise, elle m'avait manqué <3
Moi je me suis tout de suite remise dedans en tout cas, aucun problème !

J'adore vraiment tous les personnages et la manière dont tu écris aussi !
J'ai beaucoup aimé le : "Les plus chanceux d’entre eux comme Bass par exemple ou son oncle, Harold Waldorf avait le droit à une 5ème case : à l’intelligence. Mais associé aux 4 autres cases ça devenait une arme redoutable plus qu’un don."

Vite je veux voir ce fameux bal Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
N&S
Blair Waldorf
Blair Waldorf
avatar

Féminin
Nombre de messages : 514
Age : 18
Séries preferées : : Gossip girl. Gossip girl. Gossip girl <3

Date d'inscription : 31/07/2011


Infos +++
Prénom: Lou
couple favoris : Damon/Elena, Serena/Nate, Veronica/Logan, Chuck/Blair, Caroline/Tyler, Mark/Lexie.
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Dim 15 Juil - 4:40

"Georgina : On a toute l’après midi Ben. Et on doit s’amuser c’est un ordre ne l’oublie pas.
Ben : Pas comme ça. On peut manger une glace si tu veux. Tenta-t-il le plus sérieux du monde."

J'adore !
J'ai hâte dans voir plus sur eux deux, puis sur le bal, la relation Chuck/Serena, Chuck/Blair, Serenate/Edward, Serena/Nate ect !! Razz

Vivement la suite quoi. cheers
Revenir en haut Aller en bas
L0làà
Dan Humphrey
Dan Humphrey
avatar

Féminin
Nombre de messages : 730
Age : 23
Localisation : Les Hamptons

Séries preferées : : Séries préferées :
Gossip Girl/Grey's anatomy/Skins/Weeds/Smallville/Pretty Little Liars/


Date d'inscription : 21/05/2011


Infos +++
Prénom: Lola
couple favoris : Chuck et Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Sam 29 Sep - 13:06

Bon allé comme j'ai beaucoup d'avance et que certaines souhaitent avoir le suite je vous met un petit chapitre. Maintenant que j'approche de la fin de ma fiction je me demande quand même si vous avez vraiment envie d'avoir la suite ... ^^ Mais on verra au fur et à mesure des chapitres ! Je vous remercie encore pour tous vaut petits commentaires et messages perso qui me font, sachez le très plaisir!
XO XO les filles ! <3


La neige est synonyme de bonnet de gant et d’écharpe. Alors que les New Yorkais se cachaient derrière leurs lourds habille d’hiver, c’était l’occasion pour une certaine Blair Waldorf de pouvoir marcher dans sa ville parce que oui, New York lui appartenait. Enfin juste la partis de Manhattan. Le reste avait peu d’importance à ses yeux. C’était comme... Une partie inutile. C’était une partie inutile. Elle poussa la porte du petit café à l’angle de la 5ème et de Madison. Elle enleva son bonnet en affichant un franc sourire. Elle adorait New York dans la neige ça lui faisait penser à tous ses vieux films d’amour où les héros amoureux s’embrassaient au bord du lac gelé de Central Park près des canards avec plein de monde autour d’eux qui trouvent cela parfaitement normal. C’était romantique. Une idée poussiéreuse et digne d’une petite fille, mais romantique. Elle fouilla le café du regard avant qu’il se pose sur une petite dame aux cheveux noir corbeau d’une cinquantaine d’année mais avec un corps pourtant harmonieux et mince comme si elle avait pris soin de combattre l’âge malgré elle, malgré le temps qui passait. Elle s’approcha discrètement en prenant soin de ne pousser personne au passage. Elle fréquentait rarement ce genre d’endroit le jour. C’était d’ordinaire la nuit qu’elle s’y rendait, avec Nathaniel ou plus récemment Serena. La nuit le café se transformait en bar branché où les jeunes avaient le loisir de se bourrer la gueule jusqu'à en vomir sur leur chaussure à 2000 dollars, les jeunes filles les plus extravertie montaient sur le barre à demie nue sans complexe et les toilettes se transformait soit en aquarium soit en chambre nuptiale. Mais de jour Blair découvrit un endroit étrange où tout se mélangeait. Sur la table près des vitres se trouvait une petite famille. Elle les examina avec soin, la mère et le père avaient environ le même âge, une trentaine d’année, leur petit garçon devait s’approcher de trois au quatre ans. Ses fossettes étaient rosies par le contraste du froid glacial de l’extérieur et la chaleur rassurante de son chocolat chaud qu’il avait tant de mal à tenir dans ses deux petites mains fragiles. Au bar, un homme avec un bonnet de docker buvait un affreux Irish Coffee. Elle aurait reconnu l’odeur entre mil. C’était tellement Irlandais. Son père en RAFFOLER. Un couple de personne plus âgé était à l’abri des regards dans un coin plus reculé du café. Ils ne parlaient pas. Ils se souriaient uniquement. Sans comprendre pourquoi Blair les enviait. Enfaite si, elle savait parfaitement pourquoi, c’était ce genre de couple vous savez ce genre de couple, qui s’était rencontré durant le mariage d’un ami en commun à l’âge de 20 ans et qui ne s’était plus quittait. Ce genre de couple qui avait eu probablement eut trois enfants, deux garçons et une fille tous plus brillants les uns que les autres. Ils avaient fait le tour du monde, tout vu et tout entendu. Rien ne pouvait leur arriver et ils se connaissaient par cœur si bien qu’il était inutile de faire la conversation, ça devait être agréable de n’avoir plus rien à dire de ne pas être obliger de faire la conversation. Perdu dans ses pensées à imaginer la vie des clients, Blair était restée plantée au milieu des tables durant plusieurs minutes. C’est un bousculement qui l’a sorti de sa rêverie, projetée vers l’avant, elle manqua se tomber à la renverse. Mais deux mains solides lui attrapèrent les épaules. A ses pieds un téléphone était tombé. Elle le ramassa afin de le rendre à son propriétaire et se retourna. Mais son visage se décomposa à la vue de l’homme qui l’avait bousculé.
Blair : Qu’est ce que tu fiches ICI ?
Chuck : Je te retourne la question ! Cracha-t-il.
Blair : En plus tu me rentres dedans ? S’indigna la jeune fille.
Chuck : J’étais entrain d’écrire un message. Normalement dans un café les gens sont assis, pas debout en plein centre d’une allée.
Pendant qu’ils se chamaillaient plutôt gentiment, la petite dame brune avec son carré et ses aires de sportive n’étaient autres que Betty qui les surveillait du coin de l’oeil. Mais elle était persuadé que ça ne dégénèrerait pas. Elle ne put s’empêcher d’afficher un sourire. Ils étaient là devant elle, de façon assez perverse elle devait l’avouer, depuis leur première danse ensemble elle ne les imaginait pas l’un sans l’autre. Persuadée qu’ils pourraient régler tous les conflits qui durait depuis tellement longtemps ils étaient probablement venu au monde pour ça. Et puis, ils s’appelaient respectivement Charles et Blair. Ce n’était pas du au hasard. Betty en était sûre. C’est pour cela qu’elle avait invité Chuck et Blair au même rendez vous sans qu’ils ne le sachent.
Chuck : Rends moi mon téléphone. Déclara-t-il catégorique en fixant l’appareil que Blair tenait fermement.
Blair : Tu ne peux pas rester…
Chuck : Non c’est toi qui ne peux pas rester.
Elle lui rendit son téléphone avec rage.
Blair : Attends je ne veux pas qu’on nous vois en public ensemble c’est clair ?
Il se rapprocha d’elle doucement conscient que déjà plus de la moitié de la salle avait le regard sur eux. Un Bass et une Waldorf dans le même endroit était chose rare. Mais qu’il s’agisse des enfants de Bart et de Harold l’était encore plus.
Chuck : En privé tu veux bien. Murmura celui ci.
Blair ferma les yeux se retenant de ne pas le gifler.
Blair : Arrête tout de suite ton petit jeu Bass. Je dois voir Betty. Donc j’ai priorité et tu te soumets.
Quelle garce dominatrice pensa-t-il. Il n’y avait vraiment qu’elle pour tenter de le rabaisser ainsi. Et s’il n’y avait qu’elle s’était pour la simple et bonne raison qu’il avait un peu le même statut social. Il était les héritiers des deux clans les plus puissants de Manhattan. Ils étaient les deux futurs dictateurs et avaient été élevé dans le même moule à l’instar de leur rivalité obligatoire.
Chuck : Tu crois ça ?
Chuck lui dévoila toute ses dents son visage pris les traits de celui d’un ange. Il était beau c’était indéniable.
Blair : Ce n’est pas la peine d’en discuter plus longtemps.
Chuck : Malheureusement, il doit y avoir une erreur. J’ai rendez vous avec Betty dans ce café cette après-midi.
Ils se dévisagèrent ne comprenant pas la manœuvre et encore moins le but. Ils finirent par comprendre que la seule personne qui pourrait les renseigner serait donc Betty. Ils firent volte face et avancèrent vers elle. Les voyants arriver avec leur yeux la foudroyant d’un éclair dévastateur, la coach décida de jouer la carte guimauve.
Betty : Asseyez vous mes enfants. Je suis contente que vous soyez venus.
Chuck : Vous vouliez nous voir tous les deux ? S’indigna le garçon.
Betty : Oui.
Blair : Ensemble ? S’étonna-t-elle.
Betty : Oui.
La mâchoire de chacun se décrocha jusqu'à en tomber par terre de surprise. Elle afficha un petit sourire fière et les invita à s’assoir et ils s’effectuèrent non sans résistance. Mais après tout elle savait à qui elle avait affaire. Et ce qu’elle allait leur demander n’était pas une mince affaire.
Betty : Demain, vous allez me faire le plaisir de venir il va de soit …
Chuck tiqua rien qu’a l’idée de devoir négocier sa non venu. Le cœur de Blair se serra lui rien qu’a la perspective de cette journée qui serait un désastre alors qu’elle en avait rêvée toute sa vie durant.
Betty : Je sais bien Chuck que tu n’as pas l’intention de venir et Blair je me doute parfaitement que tu vas te montrer au bras de Nathaniel sans broncher même si visiblement tu ne le souhaite pas. Le faite est, les enfants que quoi qu’il arrive, ce bal sera totalement scandaleux puisse que Chuck ne va pas venir et que cette petite guerre des clans va nous menée vers d’autre conflits demain nous empêchant totalement de contrôler le Bal comme nous le faisons d’ordinaire chaque année. J’aime la prévisibilité, le confort qu’elle apporte. Sa sécurité. Mais j’ai passé un mois à vous observer. Vous n’êtes pas stable, pas sécurisé. Mon Bal ne le sera donc pas c’est d’une logique totalement implacable. Je n’irais pas par quatre chemins. S’il vous plait pas de hurlement, je vais vous proposer quelque chose qui va vous révulser. Mais laisser moi m’exprimer.
Chuck et Blair sagement assis et le plus éloigné possible l’un de l’autre la dévisageait sans ménagement allée telle leur demander un suicide collectif ? En tout cas vu son expression nous en avions l’impression.
Betty : Je voudrais tout simplement que demain, vous vous rendiez à deux au bal des débutantes.
Le cœur de Blair se stoppa alors que celui de Chuck accéléra prenant le rythme d’un avion de chasse.
Betty : Ne me regardez pas ainsi ! Je sais que je vous ai demandé de ne pas hurler mais me donner votre avis n’est pas exclus non plus. Dit-elle presque paniquait par le sur réaction à tous les deux.
Chuck : Vous ne l’envisagez pas sérieusement, vous avez pris du crack rassurez moi ?
Betty posa ses yeux dans son café brûlant, elle savait qu’ils ne seraient pas de toute coopération. Mais Chuck venait de réaliser ce qu’elle lui demandait et il était entré dans une colère noire alors que le cœur de Blair ne semblait pas redémarrer lui.
Betty : Chuck réfléchi s’il…
Chuck : REFLECHIR ? Mais c’est tout réfléchi, je ne viens même pas. Pourquoi j’irais au Bras d’une Waldorf ? Vous souhaitez notre mort à tous ?! Vous savez que ce genre de conflit n’est pas qu’une simple intimidation ! Il y a déjà eu plus grave que de simple blessé entre les Waldorf et les Bass.
Betty baissa la tête, oui elle s’en rappelle, deux garçons respectivement de chaque camp s’était fracassé la tête a mort dans un coin de Central Park lors du plus sombre des nouvel an qu’ait connu Manhattan, c’était il y a bientôt 20 ans, mais chez les Bass comme chez les Waldorf, c’était une histoire qui se transmettait et qui n’avait fait que jeter de l’huile sur le feu. Chuck s’était levé et tous les regards du café était braqué sur lui. Il avait réussit par la seule monté de sa voix à faire taire un café entier.
Betty : Chuck assied toi et calme toi.
Tel un petit garçon trop gâté, sans doute ce qu’il était d’ailleurs, il balança le café en face de lui afin qu’il atterrisse contre le mur d’en face. Betty ferma les yeux il réagissait encore plus mal qu’elle ne le pensait. Le regard vitreux mais agressif du Barman sur Chuck suffit cependant à le calmer et il se résigna à s’asseoir de nouveau sur sa chaise, les mains tremblantes de rage. « Calme toi et écoute la… Elle a toujours était de ton côté jusqu'à maintenant » se répéta-t-il une dizaine de fois avant de réellement se calmer et regarder Betty dans les yeux.
Betty : Le projet est simple, vous montrez tous les deux que vous n’appartenez pas à votre famille, mais que vous dirigez votre vie comme vous l’entendez, le contrôle de votre destiné n’appartient qu’a vous. C’est aussi simple que ça.
Blair est toujours inerte sur sa chaise si bien que Chuck s’autorise un rapide coup d’oeil sur sa cage thoracique pour être sûre qu’elle respire belle et bien.
Betty : Avec votre caractère tellement déterminé et trempé à Blair et toi, je ne comprends pas que vous soyez encore soumis à vos parents, à cette guerre que vous n’avez pas choisis. Les cartes sont entre vos mains, vous avez les Jokers. A vous de savoir si vous voulez bluffer ou attaquer. Vous avez le pouvoir de faire ce que vous voulez, de ne plus être de simple pion dans cette guerre des gangs tellement vieille qu’elle n’a plus de sens.
Le cœur de Chuck ralentis pour de bon, jamais il n’avait vu les choses sous cette angle et bien qu’il devinait que Betty agissait dans son intérêt totalement personnel, la boule qu’il avait au fond de son ventre depuis le jour ou son père lui avait interdit d’adresser la parole à un Waldorf paru disparaître de son corps, le laissant pour la première fois comprendre qu’il pouvait vraiment respirer par lui même et pas juste avec une bouteille d’oxygène de 200 kilos que son père lui avait accroché sur le dos. Sa recherche de liberté et d’émancipation venait de la. Du fait que son père l’emprisonne dans une voix qu’il n’avait pourtant pas choisi mais il s’était exécuté comme un enfant sage. De son côté le cerveau de Blair marchait bouche et double elle se rappela comme elle avait trouvé sa mère et sa tante tellement odieuses ce midi à table. Elle ne voulait pas devenir cette espèce de vieille femme complètement aigri et ignoble. Elle voulait gérer son destin comme elle l’entendait, quitter Nate Archibald sans éprouver cette peur immense d’être totalement seule. De tout façon elle ne pourrait pas l’être plus que depuis trois jours.
Chuck et Blair se retournèrent l’un vers l’autre s’accordant un rapide coup d’oeil avant de se tourner vers Betty. En plongeant dans ses grands yeux bruns. Elle ressentit un frisson tant le duo était charismatique… Ils n’avaient aucune idée de la présence qu’il dégageait lorsqu’ils étaient à deux.
Betty : Vous marchez ?
Chuck et Blair : Et comment… Répondir-t-il à l’unisson.
Revenir en haut Aller en bas
ChairFan
Confident(e) de G.G
Confident(e) de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 410
Age : 22
Localisation : Upper East Side

Séries preferées : : Gossip Girl of course
Pretty Little Liars, How I Met Your Mother , Glee, Grey's Anatomy , ....

Date d'inscription : 14/03/2012


Infos +++
Prénom: Kelly
couple favoris : Chair : Chuck & Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Sam 29 Sep - 19:18

J'aime troooooooop ! Surtout le dernier chapitre. Je suis contente de revoir ta fiction en plus, c'est trop bien écrit. Et la réunion de Blair et Chuk
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/#!/KeLillyB
orishas
Gossip girl
Gossip girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1088
Age : 24
Séries preferées : : Séries préferées :

Gossip Girl
How I met your mother
Shameless
Scrubs

Date d'inscription : 04/01/2011


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Chuck & Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Dim 30 Sep - 20:50


AAHHHH tellement contente de continuer cette fabuleuse fiction ! Et puis ce chapitre donne vraiment trop envie de lire la suite et le bal ! J'adore ce que tu fais de la relation entre Blair et Chuck, on sent que c'est hyper passionnel ! Et puis le : "Elle ressentit un frisson tant le duo était charismatique… Ils n’avaient aucune idée de la présence qu’il dégageait lorsqu’ils étaient à deux.", oh je les imagine tellement tous les deux <3
Je veux la suite !!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
L0làà
Dan Humphrey
Dan Humphrey
avatar

Féminin
Nombre de messages : 730
Age : 23
Localisation : Les Hamptons

Séries preferées : : Séries préferées :
Gossip Girl/Grey's anatomy/Skins/Weeds/Smallville/Pretty Little Liars/


Date d'inscription : 21/05/2011


Infos +++
Prénom: Lola
couple favoris : Chuck et Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Ven 5 Oct - 22:49

Merci les filles <3
En espérant que ça vous plaise toujours autant, même si je sombre dans mon plus grand défaut j'en ai conscience !
XO XO



Betty : Chuck ton bras, tient ton bras !! Cria la coach avec autorité.
Le garçon se mordit la lèvre de toute ses forces pour ne pas lui hurler au visage qu’il n’en pouvait plus et qu’il en avait marre. Il était à bout, ils répétaient depuis maintenant près de 8 heures. Ils étaient 23h et demain ça allait être une journée éprouvante surtout avec le choix qu’ils avaient fait. Betty avait elle même changé la disposition des couples pour que tout ça ne reste qu’un secret. Elle avait téléphoné à Harold Waldorf pour dire qu’elle s’occupait de sa fille ainsi qu’a Bart même s’il s’en fichait éperdument car il avait passé immédiatement l’appel à Boris le réceptionniste. Tout était organisé et personne ne se doutait de rien. Seule Nate avait paru totalement désarçonnait à cette annonce et encore à l’annonce que Blair n’irait pas au bal avec lui, mais Betty lui avait trouvé une remplaçante. Ils ne s’étaient jamais rencontrés mais elle s’en fichait. Elle savait bien que l’attraction de demain ne serait pas Nate et la potiche qui remplaçait Blair, l’attraction de demain, c’était Blair et Chuck… Chuck et Blair. Depuis qu’ils avaient confirmé leur souhait de clouer le bec de leurs parents en participant au bal ensemble, Betty les faisait danser sans s’arrêter. Ils avaient à peine pu manger.
Betty : Blair ta jambe doit suivre celle de Chuck, on y arrive les enfants, on y arrive ! Ne perdait pas de vu votre objectif ! Vous allez mettre fin au siècle de conflit.
Elle frappa dans ses mains avec enthousiasme. Même si elle savait que demain… Elle allait recevoir le courroux des deux familles. Elle allait également probablement se faire renvoyer de son poste qu’elle tenait depuis maintenant tant d’année. Et au fond d’elle, elle avait l’impression de jouer les cupidons même si elle se doutait que Chuck et Blair ne faisaient ça que par intérêt d’échapper enfin à la pression de leurs parents. Sortant de son esprit, elle jeta un regard à Chuck et Blair, pour s’amuser, elle les avait habillé de la même manière, un débardeur près du corps blanc avec pour emblème dans le dos, la forme de Manhattan. Elle s’attarda ensuite sur les jambes des partenaires. Enfin, elle y vit quelque chose, qu’elle ne voyait que rarement. En formant 50 ados chaque année, elle ne voyait donc que 25 couples par ans. En un moi, ils ne devenaient jamais des danseurs parfaits, ils se débrouillaient, ne se marchaient pas sur les pieds, mais ici, enfin elle y vit ce qu’elle voulait. Une alchimie. C’était dynamique sans être agressif, aérien sans être trop discret. C’était ce qu’elle voulait. Elle avait envie de leur sauter dans les bras après ce travail acharnée. Ils n’avaient pas râlé de la journée, pourtant elle leur en avait fait baver. Blair devait avoir les pieds meurtris avec ses hauts talons, Chuck devait avoir des cloques à force d’effectuer les portés même si le poids de Blair était négligeable. Elle remarqua en effet que les cheveux de Chuck étaient légèrement humides. Elle pressa le bouton stop avec sa télécommande et l’immense salle de répétition devient extrêmement calme. Sans oser se lâcher les mains et en gardant leur position de danse, ils se retournèrent vers Betty, avec un regard interrogateur. Elle souria devant leur synchronisation si parfaite.
Betty : Vous avez bien travaillé. Vous pouvez allé vous coucher. Je vous réveille à la première heure demain. Pas question que vous revoyez vos proches avant le bal, on est toujours d’accord ?
Blair lâcha Chuck et balança ses chaussures à l’autre bout de la pièce perdant ainsi 15 centimètre, elle se sentie soudainement petite face à Chuck qui tenait toujours la jeune fille de la main droite sans s’en rendre compte. C’est gêné, qu’il finit par retirer sa paume de l’emprise de Blair Waldorf.
Chuck : Je peux juste récupérer mon portable ? Je devais sortir ce soir, j’ai des amis à décommander…
Blair : Quels amis Bass ? Tu n’en as pas. Déclara-t-elle acide en attrapant la serviette éponge qui trônait sur la barre de danse classique. Chuck ne put s’empêcher de lui retourner un sourire mauvais. Ce genre de sourire qui voulait juste dire « Ferme la… »
Betty : Blair ! Voyons ! Désolé Chuck, j’ai dis quarantaine totale, je vous coupe du monde. Je viens de mettre en place le plan le plus ingénieux de toute ma vie, ce n’est pas pour que vous le détruisiez en prévenant par mégarde qui que ce soit. Je veux qu’en vous voyant, demain réunis pour la présentation, la surprise et le choc poignardent tous les habitant de New York.
Chuck n’insista pas. Il avait lui aussi attrapé une serviette et la passa autour de ses épaules. Betty leur fit signe de la suivre avant d’éteindre les lumières de la salle de répétition. Son appartement était juste au dessus de la salle de répétition. Et c’est dans celui la que Blair et Chuck dormiraient ce soir. Elle les fit entrer dans le silence. Soit ils étaient vraiment à bout de force soit la situation les gênait encore énormément. Elle pencha d’ailleurs pour les deux options. Elle montra alors à Chuck sa chambre et à Blair la sienne. Chaque chambre avait sa propre salle de Bain. Et heureusement, ça éviterait de les voir s’entre tuer pour savoir qui se laverait en premier.
Betty : N’hésitez pas à vous servir si vous avez faim. Le frigo est à votre disposition. Bonne nuit mes trésors. Demain, debout à 8heures. Ne tardez pas trop, je vous veux en pleine forme.
Elle se volatilisa dans le couloir, sans un regard l’un pour l’autre, ils refermèrent leur porte de chambre. Blair fit le tour de la sienne, elle était plus petite que chez elle mais elle fut surprise qu’une simple coach puisse se payer un si bel appartement dans Manhattan. Elle avait visiblement un gout pour la décoration très sure. Tout était en parfaite harmonie. Elle se jeta sur son lit en fermant les yeux. Mais dans quelle galère c’était-elle lancée ? Elle risquait être à la rue demain soir, son père ne voudrait pas la revoir de si tôt. Mais la mécanique était lancée. Et de toute façon, c’était un mal pour un bien. Elle jouerait la comédie demain ensuite tout ça sera finit. L’université n’était qu’à quelque pas elle quitterait ce monde de fou car au fond d’elle même elle savait bien que la remarque faites à Bass sur ses amis était valable pour elle même. Elle n’en avait pas réellement. Avec lenteur, elle enleva sa jupe et son débardeur, et alla prendre une longue douche. Elle avait peur de s’endormir si elle prenait un bain. Une fois la douche effectuée, elle sécha rapidement ses cheveux avant de les rejoindre en une grosse tresses et de la rabattre sur son épaule gauche. Elle tourna en rond dans sa chambre et finit par s’allonger dans son grand lit drapé de flanelle pourpre. Mais rien n’y fait, une heure, deux heures… ses paupières refusaient de s’alourdir. Elle s’imagina la journée de demain. La salle grandiose, les débutants et débutantes présents. Leurs robes… Sa robe ? Comment Betty va-t-elle décider de les habiller Chuck et elle ? Parce que c’était Betty qui choisissait les robes et les costumes que tout le monde portait, sous les bon conseils de styliste très renommé. Elle se rappela également que les plus grandes télévisions seront probablement présentes comme chaque année. C’était un événement plutôt médiatisé. Comme tous les ans une dizaine de couples seraient choisis parmi les 25 pour parler de leur expérience. Blair n’avait pas songé à ça du tout. Pas une seule minute. Et si la BBC ou le Time les interviewait demain ? Plus elle tentait de s’endormir, plus le sommeil la fuyait à grand pas. Tournant folle, elle décida de se lever, recommençant les cents pas. Puis il se rendit compte qu’elle était en train de s’étouffer, elle avait trop chaud, il lui fallait de l’air frais, ou du moins un autre air que cette chambre qui était en train de se transformer en prison. Sans réfléchir elle ouvrit la porte avec violence et sorti presque en courant. Elle prit la direction du salon elle avait repéré qu’il y avait une grande baie vitré qui donnait sur la rue agité de Broadway. Ses pieds nus sur le carrelage lui firent remarquer qu’elle était en sueur, l’anxiété lui montait donc tellement à la tête ? Lorsqu’elle arriva dans le salon, il était plongé dans le noir mais elle aperçu son ombre immédiatement. Il était assis adossé au mur, tête contre la baie vitré immense. Il semblait tellement serein, ses bras autours de ses jambes les maintenaient pliées contre son torse musclé. Elle hésita à faire demi tour. Après tout, demain ils seraient forcés de se parler toute la journée non ?
Chuck : Tu ne devrais pas te reposer ?
Elle sursauta malgré elle. Blair était sur qu’il ne l’avait pas entendu. Sans se retourner, Blair y vit une invitation à se joindre à lui. Elle alla se poser contre l’autre extrémité de la fenêtre qui leur permettait de tout voir. Elle se plaça de la même façon que Chuck. Le contacte avec la baie vitré froide lui fit le plus grand bien. Chuck continua de l’ignorer pendant quelques minutes. Et Blair se rendit compte qu’elle ne lui avait pas répondu.
Blair : Je n’arrive pas à dormir. Répondit-elle simplement.
Chuck ne lui accorda toujours pas de regard, il semblait captivé par les gens ivres qui déambulaient dans la rue des comédiens à près de 3heures du matin. Cette nuit particulièrement en vu du Bal des Débutantes, une occasion parfaite pour faire la fête à New York. Il semblait ailleurs, assis de cette manière, dans le noir et l’appartement, juste écléré des lumières de la rue extérieur et de la lune, il ne ressemblait plus à ce garçon hautain, ignoble, drogué et sans cœur. Il paraissait mesuré, en proie à la réflexion il changeait de visage pour devenir un humain presque vulnérable.
Chuck : Tu vas le regretter demain matin. Lâcha-t-il sur le ton de la conversation.
Blair : Tout comme toi.
Elle remarqua qu’il abordait déjà des cernes sous ses yeux sombres. Un sourire se forma sur le bord de ses lèvres. Il avait lui aussi du mal à dormir c’était un fait.
Chuck : Je n’avais pas sommeil moi. Je dormirais plutôt demain soir c’est tout.
Blair releva un sourcil en le dévisageant, cette fois il la regarda en lui décochant un clin d’oeil. Ils savaient tous les deux que le Bal des débutantes ne leur permettrait pas de dormir avant Dimanche tard dans la nuit voir Lundi matin. Ils allaient entamer un véritable marathon.
Blair : Je suis anxieuse.
Chuck : Et pas pour la danse je suppose.
Il déposa un froid dans l’ambiance d’échange qui s’était installé entre eux. Ils le savaient aussi bien l’un que l’autre, s’ils n’étaient pas dans leur lit à cet instant, c’est parce que demain, ils bouleversaient l’équilibre déjà fragile de tout Manhattan. Et pour deux Ados de 17 ans, c’était lourd même avec la force de caractère qu’ils dégageaient. Il décrocha son regard du bas de la rue pour le poser sur Blair. Elle avait l’air terrorisé, en sueur et elle tentait de se concentrer sur Broadway elle aussi.
Chuck : ça va bien se passer Blair.
Elle plongea son regard dans celui de Chuck.
Blair : Je sais. D’une certaine manière j’attends ça depuis longtemps. Je vais enfin pouvoir montrer que je n’appartiens pas à mon père. Je n’appartiens pas aux Waldorf. Je ne suis pas un simple pion dans un jeux de stratégie où il faut faire tomber le roi d’en face.
Comme il la comprenait en cet instant surréaliste. Où il se sentait calme apaisé, tranquille, heureux ? Il lui adressa un hochement de tête avant de revenir à sa position initial. Ils restèrent là. Sans bouger, le calme totale de l’appartement permettait d’entendre les bruits sourds du cœur de chacun. Chuck se leva finalement et tendit sa main à Blair. Elle l’a saisie avec force et se laissa hisser à sa hauteur. Durant un court instant, ils se sont fixés, avant de poser leur front l’un contre l’autre. C’est la première fois qu’ils se sentaient vraiment à l’aise à deux. Rassurés de la présence de l’autre. Confiants.
Chuck : On va y arriver.
Blair : Après tout, on est Blair et Chuck.
Chuck : Si tu tombes, je te ramasserais. Déclara-t-il rieur en s’éloignant d’elle pour regagner sa chambre.
Blair : Très rassurant ! Murmura-t-elle.
Chuck : Bonne nuit Waldorf. Dit-il sans même se retourner mais en levant la main comme pour la saluer.
Blair : Bonne nuit Bass.
Elle regagna sa chambre à son tour et dans un demi sommeil parvient à somnoler quelque heures agités où tout ce bousculait dans sa tête. Serena, Nate, Ben, son père, sa mère, Bart, Chuck… On frappa à sa porte délicatement.
Betty : Debout Chérie. Il est 8heures. Petit déjeuné dans 15 minutes.
J - 0.

Revenir en haut Aller en bas
orishas
Gossip girl
Gossip girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1088
Age : 24
Séries preferées : : Séries préferées :

Gossip Girl
How I met your mother
Shameless
Scrubs

Date d'inscription : 04/01/2011


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Chuck & Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Sam 6 Oct - 21:32


De quel défaut tu parles ? :O
Cette suite est génialissime !!!! J'adore leur relation et je suis trop pressée d'avoir la suite ! Enfin ce bal dont ils parlent depuis le début ! Trop envie de savoir la réaction des parents, et c'est trop mignon quand Chuck lui dit qu'il la ramassera si elle tombe (j'espère que ça se passera comme ça ^^). Vite une suite <3
Revenir en haut Aller en bas
weljoa
Très fan de G.G
Très fan de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 129
Age : 31
Séries preferées : : Séries préferées : GOSSIP GIRL VAMPIRE DIARIES RINGER HIMYM OTH COUGAR TOWN

Date d'inscription : 16/02/2012


Infos +++
Prénom: Valentine
couple favoris : Chuck et Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Dim 7 Oct - 3:12

Desolé je me suis remise depuis le debut de ta fic. Ce chapitre G E N I A L, franchement tu m'a donné des frisson, je me suis même demander s'ils allaient pas s'embrasser encor une fois mais non. Je sens que le Bal va etre G R A N D I O S E; vivement la suite et trés heureuse de te retrouve. Il est parfais il y a rien a rajouté
Revenir en haut Aller en bas
N&S
Blair Waldorf
Blair Waldorf
avatar

Féminin
Nombre de messages : 514
Age : 18
Séries preferées : : Gossip girl. Gossip girl. Gossip girl <3

Date d'inscription : 31/07/2011


Infos +++
Prénom: Lou
couple favoris : Damon/Elena, Serena/Nate, Veronica/Logan, Chuck/Blair, Caroline/Tyler, Mark/Lexie.
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: Histoire de famille .    Mer 10 Oct - 20:27

Vivement la suite, j'ai hâte de voir le bal et les réactions en voyant Chuck et Blair ensemble !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de famille .    

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de famille .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» [Thème 5] Une histoire de famille [mis]
» Les pires histoires sont des histoires de famille. [ft Tennessee Williams]
» Haunui Shuraba
» Histoire de Famille [Solo]
» « Une histoire de famille...» ft. Austin H.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*Gossip girl* :: ~Divers~ :: Vos créations :: Fanfictions-
Sauter vers: