*Gossip girl*

Le forum Francophone sur la série et les livres Gossip girl
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 How can you be so heartless?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
blair-and-chuck-love
Très fan de G.G
Très fan de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 112
Age : 23
Localisation : En Amérique , en Upper East Side ^^

Séries preferées : : Gossip Girl, Glee, Pretty Little Liars, Jonas LA, HIMYM

Date d'inscription : 05/09/2009


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Blass ,
BlaBlA...:

MessageSujet: How can you be so heartless?    Sam 3 Sep - 20:37

Voilà, j'ai trouvé une "idée", qui je l'espère vous aimerez !

Bonne lecture!

NB: Blair est mariée à Louis depuis un an.
-----------

Elle le recherchait, d'un regard fuyant, dans l'obscurité et la froideur de la ville. Elle ne voulait pas être comme toutes les filles, à rechercher son amant de toujours, mais elle savait qu'elle n'était pas comme les autres. Elle était Blair Waldorf. Elle valait mieux que quiconque sur Terre. Sa mère lui avait appris à marcher droit, dans des hauts talons, la tête haute, le regard vers l'horizon. Cependant, cette nuit-là fut bien différente. Blair Waldorf était devenue juste une jeune fille, vêtue d'une robe Dior, portant des Louboutins, mais ne marchait pas droit, tenant bien fort son sac Chanel, serrant son manteau contre elle. Son téléphone à la main, elle n'arrêtait pas de se poser pleins de questions. Pourquoi? Pourquoi il était obligé de tout compliquer, alors qu'ils s'étaient dit de ne plus rien tenter? Elle n'avait jamais su comment elle était tombée amoureuse de ce grand idiot. Blair avait espéré à une époque réussir à l'oublier, mais chaque fois il revenait vers elle, lui prendre un petit morceau d'elle. Elle était si fragile face à lui. Elle ne savait même pas ce qu'elle faisait dans ces ruelles sombres. Elle s'était jurée de ne pas aller le chercher, mais une force surnaturelle lui demanda d'aller chercher l'homme qu'elle aimait. Elle s'était promis de réussir à l'oublier, d'oublier son odeur, ses bras autour d'elle, ses yeux, ses cheveux, ses mains... Sans une once d'espoir. Elle l'aimait plus que quiconque ne pouvait l'aimer. Elle pouvait même sauter du haut de l'Empire East Side pour lui. Tout l'été, tout l'automne, elle n'avait cessé de penser à lui. Blair n'aimait pas être sous l'emprise de quelqu'un, encore moins de lui. Pourquoi il était obligé de partir? Elle ne comprenait pas pourquoi il devait aller en Espagne, et ne plus jamais revenir. Il était surement dans les rues en train de savourer sa dernière nuit New-Yorkaise, et comme une idiote, Blair espérait le trouver - sûrement ivre - dans un de ces bars mal fréquentés. Elle marcha devant une ruelle encore plus sombre que les autres, avec par son grand bonheur, le dernier bar qu'elle devait aller voir. Elle savait qu'il était juste dans ce bar-ci, buvant un verre, respirant la même air qu'elle. Elle frissonna à cette idée. Elle sourit doucement, puis entra dans le bar. Une musique quelque peu mélancolique retentit. Les hommes la regardait avec envie, mais elle, elle n'avait envie que d'un homme. Elle s'approcha du bar et demanda à un barman s'il n'avait pas vu un homme.

?: Je suis là Blair...
Blair, se retournant: Oh bonsoir Chuck...

Il était avec deux filles blondes, assez grandes, ayant des fortes poitrines, assises sur ses jambes. Blair regarda les deux jeunes filles. Chuck soupira, puis congédia les deux filles. Il prit un verre de scotch, puis demanda:

Chuck: Quelle chance j'ai d'avoir dans un bar comme celui-ci madame de Giraldi.
Blair: Chuck arrêtes.
Chuck: C'est la vérité non? Cela fait combien de temps que je ne t'ai pas vu... Un an? Juste après ton mariage avec ton cher Louis.
Blair: Tu m'avais donné ton accord. Tu as dit que je méritais le bonheur.
Chuck, s'énervant: Tu savais que je t'aimais, et tu es partie avec lui, sans un mot, comme Serena. Tu trouves ça juste toi?!
Blair: Arrêtes Chuck, on ne peut pas parler ici de toute évidence, l'odeur est infecte.
Chuck: C'est toi qui est infecte Blair, tu ne sais pas ce qui est bien pour toi, et visiblement tu n'as toujours pas remarqué que tu n'aimais pas ton cher Louis.
Blair: Chuck allons dehors ou chez moi.

Elle le prit par le bras, puis l'emmena à l'extérieur. Ils s'assirent sur un banc, Blair réajustant sa bague de fiançailles.

Chuck, souriant sarcastiquement: Il ne sait toujours pas que tu n'aimes que l'or blanc?
Blair: Non...
Chuck: Quel gâchis. Cette bague ne vaut pas moins de 10000$ si tu veux mon avis.
Blair: Justement, je ne le veux pas.
Chuck: Alors pourquoi être venue me déranger?

Telle était la question. Pourquoi?

Blair: J'en sais rien.
Chuck: Tu savais que je pars demain, donc tu es venue, c'est ça?
Blair, se mordant la lèvre inférieure: J'en sais rien.
Chuck: Ce que je ne comprends pas, c'est que tu sois partie, sans rien dire, faisant ta vie de ton côté avec Louis, et que maintenant tu reviennes, tu découvres que je ne peux être ici et donc que je pars, et que tu essaies de m'empêcher de partir. Alors que moi, je t'ai laissé partir, je t'ai laissé être heureuse, je t'ai laissé t'évader, et oublier tes problèmes. Tu ne m'aimais pas suffisamment pour faire ça?

Peu à peu, elle pouvait lire la tristesse, la nostalgie et la haine dans ses yeux. Elle savait qu'elle avait été la seule femme capable de toucher son coeur, de le connaître réellement.

Chuck, continuant: Et pourtant, tu es là, tu viens me demander de ne pas partir, de ne pas être heureux, de rester ici, pendant que toi tu vas bien. De rester ici. Je sais pas si tu te rends compte combien tu as pu me faire mal en partant comme tu l'as fait. Je n'avais aucune nouvelles de toi. Tout le monde en avait, même Dan et Jenny en avaient.
Blair, le coupant: Ne prononce pas son nom.
Chuck, s'énervant: Est-ce que ça te fait la même douleur que j'ai eu? (se calmant) Tu sais pourquoi je dois partir n'est-ce pas?

Blair hocha la tête, silencieuse, attendant la réponse de Chuck.

Chuck: Cette ville était ton royaume, enfin le nôtre. Car que tu le veuilles ou non, tu étais la reine, et j'étais le roi, et cela depuis que nous sommes nés. Serena et Nate n'arrivaient pas à notre hauteur. Toi, tu étais classe, élégante, et moi, j'étais le jeune homme s'amusant avec des filles, buvant, fumant. On était les opposés. Tu étais à l'époque avec Nate, et Dieu sait combien j'ai détesté ce moment de ma vie, combien j'avais peur qu'il devienne ton roi, et le nouveau roi de notre royaume, qu'on avait construit ensemble. Finalement, tu as perdu ce que tu voulais tant perdre avec lui avec moi. Je ne sais toujours pas si tu avais voulu cela, ou si simplement tu n'étais pas triste de ne plus être avec lui. Mais sans prétention, je suis sûr que tu m'aimais, et que tu savais que Nate et toi, ça n'allait plus. Que tout cela ne vous menait à rien; que ça ne te ressemblait pas. Personne ne te ressemble, à part moi. Et finalement, on a eu nos bons moments de couple... Après le lycée. Heureusement j'étais un peu plus mûr, et toi aussi, mais finalement une simple stupidité nous a séparé. Jenny est venue tout changer. J'allais te demander en mariage, mais la fête, les lumières se sont éteintes doucement. Je me suis fait tirer dessus, en essayant de protéger la seule chose qui me restait de toi; la bague. Je n'ai pas réussi. A croire que Dieu ne veut pas que je sois avec toi. J'ai rencontré Eva, tu m'as éloigné d'elle. Au fond, je ne l'aimais pas, et je ne t'ai jamais en voulu par rapport à ça, c'était juste une histoire d'un soir pour moi. On a essayé d'être amis, puis des amis avec des bénéfices. Tout cela ne menait à rien, en fait, cela nous correspondait bien. On s'est éloignés, puis finalement, on a réalisé qu'il valait mieux pour nous deux qu'on ne soit pas ensemble... Je t'ai laissé aller avec Louis, être heureuse, être une femme aimée. Je regrette cela. J'aurai pu te donner tellement plus. Tout, vraiment tout. Le bonheur, avec quelques malheurs, mais c'est nous, la tristesse, parce que sans ça il n'y aurait pas de miracles, et je pense qu'on a besoin de miracles nous, et de confort, Dieu sait combien je t'aurai tout donné. On aurait pu être heureux, continuer notre vie de roi et reine, puis tout régner. Visiter chaque ville d'Amérique. Mais pendant un an je n'ai rien eu, pendant un an j'attendais un message de ta part, rien. Je me promenais dans les rues New-Yorkaises, mais chaque endroit me rappelait ton visage. Central Park, les magasins, tout... Et maintenant, j'ai décidé de partir d'ici, parce qu'un royaume sans sa reine, ce n'est pas vraiment un royaume... Mais tu es là.

Blair avait les larmes aux yeux, elle l'avait tant fait mal.

Blair: Je suis désolée Chuck.
Chuck: Tu n'as pas à l'être. Je pars, et j'espère que tu seras toujours avec Louis.
Blair: Chuck, j'ai besoin de ton aide...
Chuck: Mon aide?
Blair: Oui... Je... Je t'aime.
Chuck: Quoi?
Blair: Je t'aime.

Chuck sourit, et Blair aussi, espérant une réponse de Chuck.

Chuck, se levant: Et bien, désolé pour toi, mais tout ceci est de l'histoire ancienne. Je pars.
Blair, les larmes aux yeux: QUOI?! Mais... cette déclaration...?
Chuck: Des mots Blair, que des mots. Je suis Chuck Bass, ne l'oublie pas.

Il partit, laissant Blair désemparée, murmurant juste une phrase:
Blair: Comment peux-tu être si cruel?



Alors? Ca vous plait? Ou pas du tout ? Merci d'avoir lu!
Revenir en haut Aller en bas
JustBandC
Mrs Ed Westwick
Mrs Ed Westwick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3397
Age : 23
Localisation : in NYC of course!

Séries preferées : : Séries préferées : Gossip Girl, That 70's show, How I Met Your Mother, Las Vegas, Glee, Vampire Diaries, Dr House, Mentalist, Le Coeur A Ses Raisons, Desperate Housewives, One Tree Hill, Grey's Anatomy, Friends, The OC...

Date d'inscription : 20/08/2010


Infos +++
Prénom: Margot
couple favoris : Blass ♥
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: How can you be so heartless?    Jeu 8 Sep - 17:53

Hey, je viens de voir que tu avais mis un début Embarassed ! J'aime beaucoup !
Et moi je vote pour du Blass directement Wink
Revenir en haut Aller en bas
blair-and-chuck-love
Très fan de G.G
Très fan de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 112
Age : 23
Localisation : En Amérique , en Upper East Side ^^

Séries preferées : : Gossip Girl, Glee, Pretty Little Liars, Jonas LA, HIMYM

Date d'inscription : 05/09/2009


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Blass ,
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: How can you be so heartless?    Jeu 8 Sep - 18:38

Merci beaucoup : Embarassed ! Bon alors cette fic sera bien évidemment du Blass, mais aussi du Blouis au début, et au milieu du Dair x). J'écris tout de suite le prochain chapitre, motivée par vos commentaires Very Happy

Chapitre 1: Le pacte.

Elle se sentait trahie, usée, et par la même occasion, amoureuse. Amoureuse d'un idiot. Amoureuse d'un homme qui ne s'amusait qu'avec elle. Qui s'amusait avec son coeur, elle qui n'en avait jamais eu avant de le connaître. Trop naïve, trop sentimentale, et surtout trop infidèle à son mari, Louis. Elle s'en fichait de lui, tout ce qui comptait était Chuck à ses yeux. Blair n'aimait pas Louis. Comme Chuck lui avait dit, ce n'était qu'un homme.

?: Chérie ?

Elle ferma les yeux, essayant de transformer cette voix un peu aigu pour un homme en sa voix, la voix de Chuck. Elle essayait de se convaincre que Louis n'était pas dans le même lit qu'elle, en train de la regarder, mais Chuck y était. Elle essayait d'imaginer un instant que cet accent français laissait place à l'accent américain de Chuck. Que son odeur était celle de Chuck. Qu'il avait ses yeux. Qu'il avait ses bras, sa bouche, son corps, elle essayait de s'imaginer qu'il était là. Et pas ce stupide mari qu'elle avait à ses côtés.

Louis : Chérie, il est déjà dix heures, il faut qu'on se lève pour aller déjeuner avec ma mère.

Mais que diable elle s'en fichait de sa mère. Elle la détestait. Avec Chuck, c'était simple, il n'avait pas de parents. Et Lily adorait Blair. Donc tout allait bien. Mais avec Louis, elle devait être la Blair souriante, gentille, aimante, fidèle. L'ange Blair. Quelle idée. Elle était la démoniaque Blair. Elle l'avait toujours été. La Queen B. Elle n'avait pas besoin qu'un homme l'aime, elle pouvait avoir mieux, un roi. Son roi. Mais il était parti, il était dans son avion, la laissant penser à lui. Soudain, elle sentit une main, caressant sa cuisse, remontant jusqu'à sa taille.

Blair : Ne me touche pas.
Louis, souriant : Ah je vois bien que je t'attire, mais tu sais qu'on doit y aller et on a pas le temps...
Blair, retirant la main de Louis : Arrêtes. (se levant d'un bon, mettant son peignoir) Tu n'as qu'à aller voir ta mère, je ne me sens pas très bien de toute façon.
Louis : Tu as quoi ? De la fièvre, des nausées... ? (souriant) Je vais être Papa ?
Blair : Louis, cela fait plus de quatre mois que nous n'avons pas eu de rapports, comment veux-tu être papa ? Tu es pathétique.
Louis : Ne m'insulte pas comme ça Blair. Tu as quoi aujourd'hui ?
Blair : Rien.
Louis : Je commence à croire que tu ne m'aimes plus.

Et c'était bien le cas. Elle ne l'aimait plus, elle le trouvait répugnant, trop niais. Mais par fierté, elle devait rester avec lui, sinon la presse s'acharnerait contre elle.

Blair : Mais je t'aime Louis. Je suis juste fatiguée.
Louis : On vient de se réveiller.

Blair s'était réveillée à quatre heures du matin, l'heure à laquelle Chuck prenait son avion pour partir d'ici, de leur royaume. Et elle n'avait pas arrêter de pleurer, regardant par la fenêtre. Finalement, elle s'était couchée à six heures.

Blair : J'ai eu une soirée chargée.
Louis : Oui, d'ailleurs, tu étais où ?
Blair : Serena.
Louis : Tu te sens mieux, après notre arrivée ici ?
Blair : Comment veux-tu que je me sente Louis ? Est-ce que tu crois vraiment que j'avais le choix de partir ? Non, et tout cela est de ta faute, de ta mère, et de ta jalousie excessive.
Louis : Je ne suis pas bête Blair. Je sais que tu l'aimes encore.
Blair, allant dans son dressing : Qui donc ?
Louis : Chuck.
Blair : Chuck ?
Louis : Ne fais pas semblant de ne pas savoir qui est Chuck.
Blair : Chuck Bass ?
Louis : Bien sûr.
Blair : Chuck est parti Louis. Il n'est plus ici. A ce que m'a dit Serena...
Louis : Et il est parti quand ?
Blair : Ce matin. Quatre heures.
Louis : Et bien, il a dû louper son avion ou être revenu ici.
Blair, sortant sa tête de son dressing : Quoi ?
Louis, regardant son Iphone : Grève des pilotes.
Blair, retournant chercher la robe qui lui convenait : Quel dommage.
Louis : Oui, surtout que nous étions censé rester que trois jours, maintenant...
Blair : Mais tu as ton jet privé.
Louis : Tu sais que je ne peux pas t'emmener dedans.
Blair : Tu as un tas de choses à faire en France. Vas-y, et je te rejoindrai quand la grève sera finie.
Louis : Pour que tu restes avec Chuck ? Hors de question.
Blair : C'est du passé. Il a sûrement changé.
Louis : Oui, comme toi depuis ce matin. Tu es froide, distante... Qu'est-ce que tu as ?

Elle était simplement elle même, Blair Waldorf.

Blair : Je n'ai rien pourquoi ?
Louis : Allez Blair, je vois bien que tu as quelque chose... Je ne te reconnais plus.
Blair : Peut-être que tu ne m'as jamais connu.
Louis : J'en ai marre Blair.

On toqua à la porte, Louis s'empressa d'aller ouvrir. Il referma la porte puis dit :

Louis : Ma mère nous attend.
Blair : Elle t'attend. Pas moi. Je n'irai pas.
Louis : Alors pourquoi tu te mets une robe ?
Blair : Je vais déjeuner avec Serena et Nate, je n'ai pas le droit ?
Louis : J'espère juste que tu ne me mens pas Blair.
Blair : Pourquoi je te mentirai ?

Louis alla l'embrasser, mais Blair prétexta qu'elle était malade, donc il l'embrassa sur sa joue. Dès que la porte de sa chambre fut fermée, elle prit son téléphone posé sur son chevet, puis composa la numéro de Serena.

Discussion téléphonique :

Blair : Serena, que dirais-tu d'aller prendre notre petit-déjeuner ?
Serena : Blair, je suis avec Nate là, et je lui ai promis que-
Blair, la coupant : S'il te plait S...
Serena, soupirant : D'accord.
Blair : OK, rendez-vous dans dix minutes au Dean & Deluca ?
Serena : Hmm d'accord...

Blair raccrocha, puis prit son manteau. Elle l'enfila rapidement puis partit de chez elle. Elle marcha devant le Central Park, puis regarda comme à son habitude droit devant. Elle vit une femme, avec une petite fille, qui avait l'air d'avoir trois ans. Blair se disait qu'elle avait déjà vu cette femme. Elle regarda attentivement la femme, puis sourit. Elle disait à sa fille de bien se comporter, lui parlant dans une langue qui était familière à Blair. Elle leva les yeux, puis vit Blair.

La femme, s'exclamant : Miss Blair !
Blair, souriant : Bonjour Dorota.
Dorota, la prenant dans ses bras : Comme vous avez grandi !
Blair : Merci Dorota.
Petite fille : Hm Maman j'ai froid !
Blair regardant la petite fille : Salut toi.
Petite fille : Bonjour.
Dorota, à sa fille : Anastasia c'est Blair Waldorf, la fille de ta marraine, Eleanor.

Les yeux de la petite fille s'agrandirent, avec pleins d'étoiles dans ses yeux.

Blair : Anastasia, comme tu as grandi !
Dorota, souriant timidement : Elle ne parle pas beaucoup, elle est plutôt distante.
Blair : C'est la future Queen de l'Upper East Side !
Dorota : Je lui parle beaucoup de vous Miss Blair.
Blair : Ah oui ?
Dorota : Oui, elle adore toutes vos histoires.
Blair, riant : C'est pourtant rien de très importants !
Dorota : Et bien, votre départ, vos soirées, votre statut lors de votre adolescence... Toutes ces choses-là. Combien vous étiez détester et envier. Combien vous étiez classe.
Blair : Oh merci Dorota.
Dorota : Je lui dis la vérité, et je pense qu'elle est votre plus grande fan !
Blair, riant : Je l'espère !
Dorota : Et comment vas Louis ?
Blair, perdant l'éclat dans ses yeux : Bien bien. Nous sommes heureux de revenir ici.
Dorota : En tout cas, vous êtes magnifique miss Blair !
Blair : Merci Dorota, tu l'es aussi.
Dorota : Bon, la petite doit avoir faim, mais j'espère vous revoir très vite miss Blair, peut-être pourriez-vous passer à la maison un de ces jours ?
Blair : Bien sûr. Au revoir !
Dorota : A bientôt.
Anastasia, souriant : Au revoir Queen B !

Blair lui sourit, puis continua à marcher. Elle arriva dans le Dean & Deluca puis attendit Serena. Elle se commanda un café, puis commanda pour Serena un expresso.

Serena, rentrant essoufflée dans le café : Hey.
Blair : Salut S.
Serena : Ca va ?
Blair : Bien bien...
Serena : Alors, tout va bien avec Louis ?
Blair : Ennuyant.
Serena, riant : Alors pourquoi tu ne divorces pas ?
Blair : Parce que je fais partie de la société maintenant !
Serena : Tu pourrais être heureuse avec quelqu'un que tu aimes...
Blair, haussant un sourcil : Et que sous-entends-tu par là ?
Serena : Je dis juste que tu n'es pas heureuse avec lui ; la preuve, tu n'as pas eu de rapports depuis quatre mois. Et puis tu ne l'embrasses pas, et tu es allée voir Chuck hier soir.
Blair : Et à qui la faute ?
Serena : Je veux juste ton bonheur B. Et Chuck l'est.
Blair : Oui et bien tu seras ravie de savoir qu'il m'a gentiment rejeté. Après mon fameux trois mots sept lettres.
Serena : Je t'aime ?
Blair : Oui.
Serena : Tu sais qu'il t'aime encore.
Blair : Il est cruel, manipulateur, sans coeur, arrogant, orgueilleux.
Serena : Comme toi.
Blair : Il ETAIT comme moi.
Serena, sarcastique : Ah oui c'est vrai, maintenant Madame Blair de Giraldi est gentille et aimable comme diraient les journaux !
Blair : Oui.
Serena : Dis-toi une seule chose B, si tu veux l'avoir encore une fois, il faut que tu deviennes celle qu'il a aimé avant.
Blair : Donc il ne m'aime plus ?
Serena : Je n'en sais rien. On ne s'est pas vu depuis ton mariage. Il allait mal, ne sortait pas, ne couchait avec aucune filles, vraiment, sans toi, il était un homme discret.
Blair : Et bien peut-être qu'il était heureux comme ça.
Serena : Tu crois vraiment ?
Blair : Oui.
Serena : Enfin bref, il n'est pas parti à cause des avions, donc tu as peut-être ta chance...
Blair : A quoi bon ? Lui redire ces trois mots et me faire rejeter, à nouveau ?
Serena : Bon, de toute façon ce soir je fais une fête.
Blair : En l'honneur de... ?
Serena : Nate et moi.
Blair : Je suis vraiment heureuse pour vous !
Serena : Oui et bien, il ne le sait pas encore, mais... je suis enceinte.
Blair : QUOI ?!
Serena, souriant : Et je pense que je vais le garder.
Blair, se levant pour la prendre dans ses bras : Je suis si contente pour vous !
Serena : Merci B.
Blair, retournant à sa place : Et donc qui est la marraine ?
Serena : Toi.
Blair, souriant : Merci.
Serena : Avec Chuck.
Blair, perdant son sourire : Quoi ?
Serena : Vous êtes nos meilleurs amis, c'est normal que vous soyez les parrains/marraines de nos enfants.
Blair : Tu aurais pu mettre... Dan par exemple !
Serena : Ah maintenant ce n'est plus « Lonely boy » ?
Blair, rougissant : Oh ça va hein.
Serena : Attends... Tu aimes bien Dan ?
Blair : Mais non !
Serena : D'accord.

Les deux jeunes filles continuèrent à boire leur café, puis allèrent se balader dans Central Park. Elles allèrent ensuite s'acheter des vêtements, puis Blair rentra chez elle. Elle déposa son manteau sur son canapé, puis s'assit sur une chaise. Elle prit son mac déposé devant elle, puis alla sur son site préféré, Gossip Girl.

Aperçu : Queen B de retour !

Nous qui avions pensé perdu notre chère Queen, elle est de retour ! A ce que disent les journaux, elle serait gentille et honnête. Vraiment B ? Ou ce n'est qu'une façade ? La vérité éclate toujours Queen B, et ça tu devrais le savoir plus que personne. En tout cas, il y a des personnes ici qui ont vraiment envie de te voir. Comme ton ancien petit-ami, Chuck Bass, ou encore ton cher ami Dan Humphrey. On dit aussi que Little J est revenue, alors, heureuse ? Nous oui, et pour scoop : SERENA ENCEINTE. Je sens que cette année va être encore mieux que les précédentes, étant donné que tout le monde est de retour. Queen B de nouveau la reine, ou bien alors Blair de Giraldi ? Parce que oui, ils sont tous revenus, mais lui aussi. Je sais que vous m'aimez, ne dîtes pas le contraire ! Xoxo, Gossip Girl.


Blair referma violemment son ordinateur. Elle alla dans sa cuisine, prit un verre d'eau, puis s'assit, sirotant tranquillement son verre. Son téléphone sonna, elle posa son verre sur le bord du comptoir puis répondit au téléphone.

Conversation téléphonique.

Blair : Allô ?
?: Bonjour Blair.
Blair : Chuck ? Comment tu as su mon numéro ?
Chuck : Ne jamais sous-estimer Chuck Bass.
Blair : A part moi.
Chuck, riant : A part toi oui.
Blair : Qu'est-ce que tu veux ?
Chuck : Juste venir chez toi.
Blair : L'ancien Chuck Bass aurait débarqué sans prévenir.

La porte de l'ascenseur, s'ouvrant, laissant place à Chuck.

Chuck, au téléphone : C'est ce que je fais.
Blair, raccrochant : Qu'est-ce que tu fais ici ?
Chuck : Parler.
Blair, croisant ses bras : De quoi veux-tu qu'on parle ? Il n'y a rien à dire.
Chuck : Oh peut-être d'hier soir.
Blair : Tu t'en souviens ?
Chuck : Bien sûr.
Blair : Et tu ne regrettes aucun de tes mots ?
Chuck : Tu m'as dit je t'aime, c'est quelque chose à ne pas oublier.
Blair : Réponds à ma question Bass.
Chuck : Ne sois pas vilaine Blair, on sait tous que tu veux revenir dans ma limousine.
Blair : J'ai muri, contrairement à toi.
Chuck : Il est peut-être temps à toi de redevenir l'adolescente que tu étais.
Blair : C'est de l'histoire ancienne.
Chuck : Je sais que tu as besoin de moi.
Blair : C'est à dire ?
Chuck : Pour ne pas perdre ta popularité et ta gloire, tu dois avoir quelqu'un d'aussi puissant que Louis pour pouvoir divorcer avec lui.
Blair, haussant un sourcil : Et si je l'aime ?
Chuck : Tu ne l'aimes pas.
Blair : Et je ne t'aime pas.
Chuck : Alors pourquoi hier soir ?
Blair : Pari. Avec Serena. J'ai gagné.
Chuck : Je n'y crois pas.
Blair : Que tu y crois ou pas, ce n'est pas mon problème, je n'ai pas à me justifier.
Chuck : Et bien, quelle répartie Waldorf.
Blair : C'est bien la seule chose que je n'ai pas perdu.
Chuck : Mais bon, tu ne l'aimes pas. Et je suis là. Je suis l'un des hommes les plus puissants de Manhattan à ce que disent les journaux.
Blair : Et comment as-tu réussi ?
Chuck : Tout est question d'achat.
Blair : Hôtels ?
Chuck : Bien sûr.
Blair : Et comment tu sais que je veux divorcer ?
Chuck : Je te connais. J'ai bien vu comment tu ne l'aimes pas, même lors de ton mariage. Tu étais magnifique, mais ton humeur n'y était pas.
Blair : Ce mariage fut la pire chose que j'ai fait.
Chuck, riant : Peut-être.
Blair : Et qu'est-ce que tu gagnes toi dans cette histoire ? Etre mon « petit-ami » n'est pas une mince affaire, et tu le sais.
Chuck : Je gagne simplement une petite-amie.
Blair : Allez Chuck dis-moi.
Chuck : Très bien, si je veux que l'Empire Bass ne s'éteigne pas, il faut que je me trouve une femme. C'est simple.
Blair : Mais je ne vais pas porter de bébés Bass moi !
Chuck : Je ne veux pas que tu sois la mère Blair.
Blair : Très bien, parce que je ne veux pas que mes enfants ressemblent à toi.
Chuck : Parfait. (tendant sa main) Alors, marché conclu ?
Blair, serrant sa main : Marché conclu.



Voilà! Espérant que ça vous plaise!
Revenir en haut Aller en bas
orishas
Gossip girl
Gossip girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1088
Age : 24
Séries preferées : : Séries préferées :

Gossip Girl
How I met your mother
Shameless
Scrubs

Date d'inscription : 04/01/2011


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Chuck & Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: How can you be so heartless?    Ven 9 Sep - 22:09


Ah ah excellente idée ! J'ai hate de voir ce que ça va donner !
Revenir en haut Aller en bas
blair-and-chuck-love
Très fan de G.G
Très fan de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 112
Age : 23
Localisation : En Amérique , en Upper East Side ^^

Séries preferées : : Gossip Girl, Glee, Pretty Little Liars, Jonas LA, HIMYM

Date d'inscription : 05/09/2009


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Blass ,
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: How can you be so heartless?    Ven 9 Sep - 22:29

Merci beaucoup, la suite ce soir (si j'y arrive.) Smile
Revenir en haut Aller en bas
orishas
Gossip girl
Gossip girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1088
Age : 24
Séries preferées : : Séries préferées :

Gossip Girl
How I met your mother
Shameless
Scrubs

Date d'inscription : 04/01/2011


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Chuck & Blair
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: How can you be so heartless?    Ven 9 Sep - 23:48


cool Smile
Revenir en haut Aller en bas
blair-and-chuck-love
Très fan de G.G
Très fan de G.G
avatar

Féminin
Nombre de messages : 112
Age : 23
Localisation : En Amérique , en Upper East Side ^^

Séries preferées : : Gossip Girl, Glee, Pretty Little Liars, Jonas LA, HIMYM

Date d'inscription : 05/09/2009


Infos +++
Prénom:
couple favoris : Blass ,
BlaBlA...:

MessageSujet: Re: How can you be so heartless?    Sam 10 Sep - 1:05



Blair : Tout ce que je veux, c'est que nous divorçions, ce n'est pas si compliqué non ?
Louis : Mais Blair, on s'est mariés devant Dieu
Blair, le coupant : Oh arrêtes hein, le divorce est commun dans tous les mariages possibles, même devant l'église. Tu sais en plus que nous deux, ça n'allait plus.
Louis : Oui, mais moi, je t'aimais.
Blair : Et bien moi, j'ai trouvé quelqu'un d'autre.
Louis, haussant un sourcil, visiblement blessé : Et qui donc ?
Blair : Chuck Bass.
Louis : Ce n'est qu'un homme Blair, je suis quelqu'un de réputé moi.
Blair : Il l'est aussi. Il est devenu l'un des hommes les plus importants de Manhattan.
Louis : Peut-être, mais je suis le meilleur Blair, tu dois me choisir.
Blair : Oui et bien tu devrais savoir que je suis Blair Waldorf, je n'obéis à personne, et surtout pas à toi. Maintenant sors de chez moi, et fais parvenir les papiers pour divorcement.

Louis soupira, puis sortit de la chambre de Blair. Celle-ci prit son téléphone, puis composa le numéro de celle qu'elle considérait comme sa mère, Dorota.

Conversation téléphonique.

Blair : Dorota.
Dorota : Oh Miss Blair. Comment allez-vous ?
Blair : Bien bien. Tu as dit hier que devrait se voir, et je suis toute seule à l'appartement, tu pourrais venir avec Anastasia.
Dorota : C'est une très bonne idée Miss Blair. J'arrive dès que je peux.

Blair raccrocha puis alla se changer. Elle cria :

Blair : Sarah !
Sarah : Oui miss Blair ?

Sarah était une fille maigre, petite, avec des cheveux blonds sans aucun reflets ni formes. Elle n'avait pas de formes, ne se maquillait pas, et portait simplement une robe blanche. Et pourtant, elle avait un certain charme. Ses yeux bruns reflétaient la tristesse et l'espoir, et son visage ressemblait à celui d'un ange. Ses lèvres légèrement bleues à cause du froid, et sa peau était plus blanche que d'habitude. Blair n'aimait pas Sarah. Elle n'aimait pas le fait qu'elle ait le même âge que Blair, qu'elle soit au même niveau de beauté que Blair, et que bien sûr, elle habite dans la maison de Blair.

Blair, d'un air hautain : Prépares un repas pour Dorota et pour moi. Et bien sûr pour Anastasia.
Sarah : Anastasia ?
Blair : Sa fille.
Sarah, hésitante : D'accord.

Blair soupira puis mit une robe blanche ainsi qu'une ceinture brune. Elle enfila des talons hauts de la même couleur que sa ceinture puis se fit un chignon. Elle se maquilla rapidement puis descendit des escaliers.

Blair : Sarah, tu as fini ?
Sarah : Bientôt madame !
Blair, soupirant : Mademoiselle.

Blair s'assit sur son fauteuil puis prit le journal déposé devant elle.

Chuck Bass, encore maître des hôtels de Manhattan ?

Il y a quelques années, son père Bart Bass, est décédé, laissant derrière lui tous les hôtels à gérer à son fils, Chuck Bass. Celui-ci, étant connu pour ses fêtes lors de son adolescence et de ses nombreuses femmes a su gérer ce que son père lui avait laissé. Cependant pour qu'il puisse continuer à être à la tête de l'entreprise Bass, il doit se marier pour prouver qu'il est un homme capable de fonder une famille, et ainsi assurer le futur de l'entreprise Bass. Pour l'instant, aucunes femmes n'a été capable de satisfaire Chuck Bass, ce qui signifierait la fin de l'entreprise. Espérons pour lui qu'il se marie rapidement.

D.H

Blair sourit à la signature de l'article. Il y était parvenu. Lui qui n'avait demandé qu'à être lu par quelques personnes, le voila en train d'écrire dans un journal très connu dans l'Upper East Side. Blair prit son téléphone, puis écrivit un message.

De : Blair.
A: Dan.

A ce que je vois, tu t'intéresse toujours à la vie de Chuck Bass.

Elle referma le clavier de son téléphone puis entendit la porte de l'ascenseur s'ouvrir. Dorota, tenant dans sa main la main de Anastasia, entra en saluant Blair.

Dorota : Bonjour Miss Blair.
Blair : Bonjour Dorota, bonjour Anastasia.

La petite fille portait un serre-tête, une robe noire ainsi que des petits talons. Elle avait dans ses yeux pleins de petites étoiles, qui signifiait qu'elle aimait voir Blair.

Blair, riant : J'adore ton serre-tête.
Anastasia : Merci !
Blair : Mais de rien.
Dorota : Alors, comment allez-vous miss Blair ?
Blair : Je divorce, rien de très important. Et toi Dorota ?
Dorota : Vous divorcez ?
Blair : Oui, ça n'allait plus entre nous.
Dorota : Et bien, si c'est ce que le seigneur veut...
Blair, riant : Oh croyez-moi, il le veut. Et vous ?
Dorota : Et bien, je n'ai pas de travail, et mon mari est parti depuis longtemps.
Blair : Et où est-il partit ?
Dorota : Je n'en sais rien. Il est partit à cause de la petite.
Blair : Sans rien vous dire ?
Dorota : Sans rien me dire. Et maintenant, je n'habite plus dans l'appartement que votre mère m'a offert, mais dans mon ancien appartement. Anastasia n'a pas de chambre, et je n'ai pas travail...
Blair : Ce qui tombe parfaitement bien, étant donné que j'en ai marre de ma « Dorota ». Et Anastasia et toi pourriez dormir ici, ça ne me dérange pas.
Dorota, souriant : Vraiment ?
Blair, riant : Bien sûr !
Dorota, se levant pour prendre Blair dans ses bras : Merci beaucoup Miss Blair, merci !
Blair : Ce n'est rien Dorota, et puis, ne pas t'avoir avec moi ici est très ennuyant.
Dorota : Ca l'est aussi pour moi !
Blair : Bon, alors c'est définitif, toi et Anastasia habiterons ici.

Blair et Dorota continuèrent à parler, puis Blair dit à Dorota qu'elle devait aller manger avec quelqu'un. Elle mit son manteau, puis partit. Elle alla dans l'appartement de Chuck, puis sonna à la porte.

Chuck, ouvrant : Bonjour Blair.
Blair, rentrant : Chuck.
Chuck : Tu as divorcé ?
Blair, regardant en haut : Venant de toi, on pourrait dire que c'est anodin.
Chuck, sarcastique : Oh alors j'ai essayé de me marier, mais la femme en question m'a laissé tomber et j'ai perdu la bague.
Blair : Tu n'avais qu'à pas lui dire de partir.
Chuck : Il y a une différence entre partir et être heureuse.
Blair : Pas dans tous les cas.
Chuck : En tout cas dans le tien oui.
Blair : J'ai toujours été l'exception à la règle Chuck.
Chuck : Heureusement pour moi, sinon il y a longtemps que j'aurai arrêté de te regarder.
Blair, haussant un sourcil : Ah donc tu continues à me regarder ?
Chuck : Ne sois pas stupide, je te regarde juste parce que je dois le faire.
Blair : Oui d'ailleurs, tu n'aurais pas pu prendre quelqu'un d'autres ?
Chuck : Ne fais pas semblant de me faire croire que ça ne t'intéresse pas, car tout ce qui touche à « mentir » et « hypocrisie » t'intéresse.
Blair : Alors nous devrions en déduire que tu m'intéresse.
Chuck : Ou soit que tu ne t'intéresse qu'à toi.
Blair : Entre toi et moi, la manipulation est notre domaine.
Chuck : A mon plus grand désarroi.
Blair : Et pourtant il y a quelques années tu m'aimais grâce à ça.
Chuck : Peut-être.
Blair : Ce n'est pas un peut-être, c'est un oui.
Chuck : Je n'aime pas les oui, ca symbolise l'affirmation, et donc c'est une valeur sûre. Et je déteste la sûreté.
Blair : Ce que tu peux être compliqué Bass.
Chuck : Autant que toi Waldorf.

Chuck lui fit son sourire typique, et Blair sourit. Les voilà de nouveaux comme les adolescents qu'ils étaient.

Blair : Donc... Pour notre « union », on fait comment ?
Chuck : Et bien, on n'a qu'à sortir dehors, et les paparazzis nous prendront en photos.
Blair : Mais pourquoi ils s'intéressent tant à ta vie ?
Chuck, soupirant : Ils espèrent voir qui sera la prochaine « Bass ».
Blair : Et bien ils seront ravis d'apprendre que c'est moi.
Chuck : Tu sais qui est revenu ?
Blair : Hm... Georgina ?
Chuck : Hm non, bien pire.
Blair : Vanessa ?
Chuck : Encore plus.
Blair, réfléchissant : Jenny ?
Chuck : Oui.
Blair : Et tu es obligé de me dire ça maintenant ?
Chuck : Et bien oui.
Blair : Mais j'y crois pas, tu es toujours aussi stupide.
Chuck : Et toi toujours aussi Blair.
Blair : Oh fermes-là.
Chuck : C'est vrai, tu portes un serre-tête blanc, qui va avec ta robe, et tu portes bien sûr des talons. Il ne manquerait plus qu'à vérifier si tu portes toujours les mêmes bas.
Blair : Vas te faire voir Chuck.
Chuck, riant : C'était une blague.
Blair : Effectivement, tes blagues sont toujours aussi pitoyables.
Chuck : Bon Blair, nous devons jouer la comédie, donc essaie d'être gentille pour une fois.
Blair : Pour moi tu restes Chuck Bass.
Chuck : J'en espérais pas moins.
Blair : Très bien.
Chuck : Mais on est bien d'accord, pas plus que juste de la comédie ?
Blair : Bien sûr.
Chuck : Pas de sentiments.
Blair : Il n'y en a jamais eu.
Chuck : Rien que du jeu.
Blair : Du bluff.
Chuck : Nous sommes d'accord ?
Blair : Nous sommes d'accord.
Chuck : Très bien.
Blair : On a le droit à avoir d'autres relations ?
Chuck : Non.
Blair : Quoi ?
Chuck : Bon d'accord.
Blair : De toute façon je n'avais pas besoin de ton accord.
Chuck : Alors pourquoi demander ?

D'un coup, le téléphone de Chuck ainsi que celui de Blair sonna.

Gossip Girl.

Aperçu : B rentrant dans l'appartement de Chuck. Que va faire notre Queen chez le prince noir ? On a vu Jenny devant l'appartement de Chuck, se pourrait-il qu'il y ait encore un trio ? Je me répète, mais cette année va être grandiose mes amis, ou du moins, mes ennemis.
Xoxo, Gossip Girl.

Blair : Gossip Girl est une ordure.
Chuck : Pour une fois que je suis d'accord avec toi.
Blair : Comment peut-elle savoir tout ça ? Elle n'est pas avec nous, elle ne fait rien...
Chuck : Laisses tomber Blair, elle est...
Blair : Ennuyante.
Chuck : Tout à fait.
Blair : Bon, je dois y aller, j'ai un tas de trucs à faire.
Chuck, souriant : Bon, je t'accompagnes dehors, ma limousine t'attend.
Blair : Quoi ?
Chuck : Allez viens, je t'accompagne.

Ils descendirent au rez-de-chaussée puis Chuck ouvrit la porte de la limousine qu'il avait demandé.

Chuck : J'espère que ta fin de journée se passera bien Waldorf.
Blair : Merci Bass.

Chuck regarda aux alentours, puis s'approcha d'elle et l'embrassa. Ce n'était pas qu'un simple baiser, c'était le baiser qu'elle n'avait pas eu depuis deux ans. Qu'elle rêvait chaque nuit, qu'elle attendait à chaque fois qu'elle pensait à lui. Elle l'avait eu. Ce baiser si doux et si somptueux à la fois. Ce baiser envoûtant. Comme si elle se sentait plus légère. Comme si toute l'âme qu'elle avait perdu à cause de lui, venait de se reformer et de renaître, tel un Phoenix. Elle avait envie de continuer ce baiser, de le prendre dans ses bras et de le serrer très fort contre elle, mais elle se rappelait d'une chose : « Le mensonge ». Elle continua alors à l'embrasser, mais sans grande envie. A bout de souffle, ils se séparèrent, puis Chuck murmura :

Chuck : Les Paparazzis nous ont pris en photo.
Blair, souriant : C'est bien je suppose.
Chuck : C'est plus que bien. A plus tard Waldorf.
Blair : A plus tard Bass.

Elle monta dans la limousine, puis, un sourire aux lèvres se dessina sur son visage. Visiblement, sa vie venait de prendre un tournant direction « auto-destruction ».
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: How can you be so heartless?    

Revenir en haut Aller en bas
 
How can you be so heartless?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yumé Heartless [validée]
» EVENT-HEARTLESS - Port-Royal
» EVENT-HEARTLESS - Traverse Town

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*Gossip girl* :: ~Divers~ :: Vos créations :: Fanfictions :: Fictions terminées-
Sauter vers: